17/06/2017

Libreté

Libreté en quelques mots

Libreté est un jeu de rôle, ce qui correspond approximativement à un jeu de société collaboratif empruntant certains aspects au théâtre d'improvisation et dont le but est de vivre une histoire palpitante. Les participants interprètent un alter ego imaginaire (ici un des habitants de la citadelle de Libreté) à l'exception de l'Aversaire qui a la charge des autres enfants mais aussi des monstres qui guettent dans les ombres. Qui dit jeu dit règles, et les règles de Libreté sont là pour vous permettre de créer une histoire cohérente, pleine de rebondissements dramatiques et de vous aider à cerner au mieux votre personnage. Pas de vainqueurs ou de perdants ici, juste la satisfaction d'avoir participé à une aventure poignante entre amis.

Libreté en questions

Pourquoi le nom Libreté ?

Libreté est un jeu où l'on incarne des enfants plus ou moins éduqués et comprenant de travers le monde des adultes ; j'ai donc trouvé qu'il serait intéressant d'en profiter pour tordre un petit peu cette langue française aux règles si contraignantes. On pourrait voir ça comme une pique adressée aux plus petits, mais c'est plus un rappel de la créativité que l'on peut dégager dès lors qu'on décide de s'affranchir un peu des carcans de cette fichue Académie ! On retrouve pas mal d'idées de ce genre dans le livret optionnel "Fleurs du Mall", qui joue notamment avec une mythologie grecque revisitée.

D'où t'est venu le scénario ?

Personne n'écrit à partir du néant, et je reconnais de grosses influences de jeux de rôle bien sûr mais aussi de jeux vidéo (Rain, Silent Hill), de romans (Sa Majesté des Mouches, Sally Lockhart, Gone), et de bandes dessinées (Seuls, le Peter Pan de Loisel). Tout ça a dû mariner un peu avant de donner naissance au jeu, même si je serais bien en peine d'en détailler le processus exact. Cela a d'abord débouché sur Perdus sous la pluie, un jeu de rôle indépendant aux parties très courtes où l'on jouait des enfants disparaissant les uns à la suite des autres. Et puis j'ai eu envie d'aller un peu plus loin, de mettre en place un décor qui permettrait d'enchaîner plusieurs parties, de développer ces personnages et leurs relations, le tout en embauchant cette fois une équipe entière pour obtenir le plus beau bouquin possible. C'est ainsi qu'est arrivée la citadelle de Libreté. Cela étant dit, plutôt que de scénario on peut ici parler de cadre puisque le but du jeu est vraiment de suivre l'évolution des protagonistes dans une communauté au bord de l'explosion. On est à fond dans les relations entre personnages, et si celui qui contrôle l'univers de jeu (appelé l'Aversaire, encore un jeu de mot) doit réinjecter des événements de temps en temps pour augmenter la pression, ce seront bien souvent les joueurs eux-mêmes qui seront la source des rebondissements.

Qu'est-ce qui distingue Libreté dans l'univers des jeux de rôle ?

Libreté s'inspire beaucoup d'un autre jeu qui s'appelle Apocalypse World et qui a mine de rien pas mal bouleversé le petit monde de notre loisir. Le système du jeu a pour but de faire en sorte que vos actions comptent vraiment ; pas de lancers de dés inutiles ou accessoires, quand on fait appel aux règles, on sait que l'on va marquer la suite des événements, en bien ou en mal. Si l'on échoue, on est sûr de payer le prix fort ; et même lorsque l'on réussit, il est possible que l'on obtienne beaucoup plus que ce que l'on voulait initialement. Les règles du jeu sont à la fois là pour vous forcer à faire avancer l'histoire, et vous y aider. Ce qu'il y a de particulier c'est qu'ici on s'intéresse aussi à ce qui se passe dans la tête du personnage, avec une mécanique de jeu que j'appelle la "bile noire" et qui représente le stress, la peur, le sentiment de solitude qui s'empare peu à peu des personnages. La bile, c'est ce qui fait qu'on se montre un peu brusque avec quelqu'un qui voulait juste nous aider, qui fait qu'on va un peu trop loin quand on voulait juste lâcher la pression ; c'est ce qui nous rend maladroit avec les autres et nous plonge dans les ennuis. Cet aspect-là est placé majoritairement entre les mains des joueurs eux-mêmes, qui sont ainsi invités à vraiment réfléchir à leur alter ego comme à un être vivant et complexe. Ceux qui l'ont testé affirment que la bile noire favorise vraiment les émotions pendant la partie, tout en restant aux commandes.

À qui se destine le jeu ?

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le jeu n'est pas initialement destiné à un public particulièrement jeune. Les personnages y sont après tout en situation de faiblesse, confrontés à toute la violence d'une société aux règles étranges ; on est loin des jeux super-héroïques habituels ! Tout cela demande au minimum une certaine maturité et un certain recul. Nos parties sont un mélange entre héroïsme poignant et horreur saisissante, sans oublier l'indispensable humour qui permet de supporter des thématiques aussi fortes. J'ai aussi fait mon possible pour expliquer au mieux comment jouer, ce afin que des personnes qui n'ont jamais testé de jeu de rôle puissent s'y essayer - et elles y sont aidées je pense par un univers de jeu facile à prendre en main (les jeux de rôle font souvent appel à une espèce de savoir encyclopédique et les geeks que nous sommes oublient parfois que tout le monde n'a pas passé son bac option MedFan ni n'a envie de s'investir à ce point). Un kit d'initiation, "La Forteresse des Nuées", a d'ailleurs été conçu pour ceux qui voudraient voir à quoi tout cela ressemble sans prendre trop de risques (il est possible de le télécharger sur le site du jeu ou de l'acheter sous forme physique à bas coût).

T'es plutôt World of Warcraft ou Donjons et Dragons ?

Plutôt Donjons & Dragons. J'ai joué à quelques MMORPGs mais j'ai toujours ressenti une énorme frustration, entre le fait de devoir tuer des bêtes par milliers, faire les mêmes quêtes que des milliers de joueurs, me retrouver limité dans mes actions, côtoyer des milliers de personnes dont le style de jeu ne va pas avec le mien... Si vous voulez créer des histoires avec des personnages uniques dans un monde taillé sur mesure, faites du jeu de rôle sur table et pas sur ordinateur. En plus j'adore sortir de chez moi, me réunir avec des amis, discuter avant la partie, ce genre de choses.

Qu'apporte le livre au jeu ?

Déjà l'aspect esthétique ! J'ai travaillé avec deux dessinateurs très talentueux et une graphiste professionnelle pour rendre l'ouvrage le plus agréable possible. Après, entre le pdf et le livre lui-même, tout dépend de votre degré de modernisme. Cela étant, si le livre contient les règles, celles-ci sont conçues pour tenir essentiellement sur une poignée d'aides de jeu, ce afin d'éviter de perdre du temps en cours de jeu. Le livre a en revanche pour avantage de prendre son temps et d'offrir davantage d'explications, mais aussi des conseils, des exemples, etc.

Et qu'est-ce qu'on peut te souhaiter pour la suite ?

Que le jeu porte au-delà des quelques grognards du jeu de rôle voire même (on a le droit de rêver) qu'il fasse découvrir notre loisir à des personnes qui d'ordinaire ne s'y intéressent pas ? Avec l'implication des Youtubers et la popularité de certaines séries, j'ai l'impression que le jeu de rôle connaît enfin un regain de popularité, et si Donjons & Dragons reste notre représentant le plus connu, il serait extrêmement triste de le voir occulter l'incroyable créativité dont font preuve les concepteurs de jeux ! Ce serait comme si tous les jeux de plateau étaient associés au Monopoly ! Si vous n'aimez pas les univers médiévaux, les aventures pleines de combats et les règles denses, il existe bien d'autres thèmes et bien d'autres façons de jouer possibles, et il y en a forcément une qui vous correspond.

Libreté en images

LibretéLibreté

Libreté sur le web

Si vous voulez animer vos soirées avec ce jeu de rôle d'un nouveau genre, vous pourrez en apprendre davantage sur le jeu en allant sur le site Internet de son créateur, plus particulièrement sur la page de Libreté.
Vous pouvez également suivre les actualités du jeu et de son créateur sur Facebook.
Et en bonus : le site de l'éditeur, ainsi qu'une partie enregistrée du kit de démo (attention, mini-spoilers !)