21/05/2017

Carnet d'Instits

Carnet d'Instits en quelques mots

Que se passe-t-il réellement quand vos chères têtes blondes passent la grille et se trouvent une place sur les bancs de l’école ? Quel est le cours actuel des brioches chocolatées dans la cour ? Par quels critères absolument scientifiques les chouchous sont ils sélectionnés ? Peut-on envisager une carrière d’enseignant en renonçant au café ?
C’est dans le but de répondre à toutes ces questions que nous avons lancé Carnet d’Instits ! Et quoi de mieux pour se rendre compte que d’aller sur place ? Nous avons donc décidé de proposer aux lecteurs un voyage dans notre quotidien que nous tentons de dépeindre avec un peu d’humour sur notre page Facebook pour le moment.


Carnet d'Instits en questions

Vous devez en voir tous les jours, mais si vous ne deviez en choisir qu'une : la plus belle perle d'un élève jamais égalée ?

Florian : Ce n’est surement pas la plus belle, mais régulièrement, les élèves s’amusent à me rappeler que mes cheveux tendent à disparaître, et j’assume difficilement ma calvitie. En fait, comme ils se moquent de moi, ça me donne une excuse pour me moquer d’eux. C’est un sacrifice que je dois faire.
Julien : Je dois l’avouer je suis très friand des mots et expressions à peu près, du genre: “Maitre, ça se trouve où la Nouvelle-Cannelloni ?” Et on en a un paquet chaque année des comme ça !

Le déclic qui vous a amenés à vous dire "faut qu'on crée Carnet d'Instits" ?

Florian : Quand on était en train de commencer à écrire nos délires sur le métier d’instit, on s'est dit que peut-être ça ne faisait rire que nous. Et du coup qu'on allait passer pour des ploucs. Alors comme on ne fait rien comme tout le monde, on a ouvert une page Facebook, histoire de voir si ce qu'on faisait allait brancher les gens. Et il se trouve que oui. Et c'est plutôt cool. Nous nous sommes donc lancés dans l’aventure Carnet d’Instits.

Plutôt Dora l'exploratrice ou Pat Patrol ?

Julien : Dora, si l’on résume, c’est une fille de 8 ans qui parle anglais avec son singe et qui vagabonde dans la jungle sans jamais aller à l’école. Trop étrange, je vais opter pour la troupe de chiens. J’ai un petit faible pour le bulldog d’ailleurs.
Florian : Je choisis Dora. Une fille avec la coupe de Mireille Mathieu qui parle anglais à un singe et un renard ? Et qui en plus semble être sous drogue dure ? Non, c’est un super exemple pour la jeunesse. Et finalement, je ne connais pas Pat Patrol. Mais qui ferait confiance à un chien qui s'appelle Pat, sérieusement ?

On dit que le métier d'instituteur est le plus beau métier du monde, vous confirmez ?

Julien : On n’a pas encore testé assistant parlementaire, donc on va dire oui !
Florian : Quoi qu’on en pense, c’est un métier prenant et dans lequel il ne faut pas s‘investir à moitié. Et comme on fréquente beaucoup trop d’enfants chaque jour, ça peut être épuisant parfois. Mais il y a quelque chose de gratifiant dans ce boulot qui fait qu’il ressemble à aucun autre.

Pouvez-vous nous décrire ce qu'est "Le mot de la semaine" sur votre page ?

Julien : Alors, on commence par la partie technique (qui a dit chiante ?). L’exercice, proposé en classe à de vrais élèves, vise plusieurs objectifs : amener les élèves à s’interroger sur la structure d’un mot, repenser le statut de l’erreur (“Bon je suis pas sûr de la définition, mais je tente quand même une réponse”), développer l’imaginaire des élèves et enfin les amener à produire un écrit régulièrement. Comment ça fonctionne maintenant (vous sentez le côté prof ?) : les élèves reçoivent une fiche comme celles que vous découvrez sur notre page, puis j’écris un mot “compliqué” au tableau. On le lit ensemble, sans donner de réponse on essaye d’identifier des éléments connus, puis individuellement les élèves essayent d’imaginer la signification de ce mot, en s’appuyant sur un dessin, parce que c’est souvent plus facile de dessiner que d’expliquer. Certains élèves proposent leur définition, on analyse le mot ensemble et on finit par découvrir la définition. Et comme les enseignants sont des êtres profondément mauvais, je leur demande d’orthographier ce mot quelques jours plus tard.
Y a encore des gens qui lisent ? Donc ensuite, je sélectionne les plus “amusantes” et je les partage sur notre page Facebook. Mais pour être tout à fait honnête je dois avouer que parfois les élèves tombent presque juste !!

Garantissez-vous qu'aucun élève n'a été maltraité pour donner vie à ce projet ?

Julien : Nous n’avons maltraité aucun élève dans le cadre spécifique de ce projet ...
Florian : Ou alors personne ne s’est rendu compte de rien, et là c’est hyper fort.

Et qu'est-ce qu'on peut vous souhaiter pour la suite ?

Julien : L’aboutissement de notre projet ? Et sinon, espérer que nous ayons toujours autant de plaisir à pratiquer notre métier pour les années à venir. Et la paix dans le monde !
Carnet d'Instits
Florian : Plus de vacances, parce que franchement regardez ce qu’on a, c’est abusé. Non sérieusement, je n’ai pas de meilleure réponse que Julien.

Carnet d'Instits en images

Carnet d'InstitsCarnet d'Instits

Carnet d'Instits sur le web

Si l'humour de ces instit's ne vous a pas laissés insensibles, filez vite sur leur page Facebook pour y retrouver leurs anecdotes hilarantes !